Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Losers

Winners

 

 


Déjà, au départ, perdu ! J'avais écrit "loosers" avec deux "o" alors qu'il n'y en a qu'un seul. C'est la loose. Loose signifie échappé, décousu, branlant. Un rapport sans doute. Losers sont donc ceux qui, comme moi souvent, perdent, se cassent les dents, se morfalent la tronche là où des tas d'autres réussissent élégamment en une belle morgue de winners.

Ces filles un peu rondes par exemple qui font du jogging pensant qu'elle vont fondre en quelques jours, ou ce gringalet (que j'ai été) et qui pratique la musculation parmi des sculptures musculeuses. C'est perdu d'avance, bien sûr. Ou des gens comme moi qui hèlent le monde à travers leur blog en espérant que ça changera leur vie, du gris au rose. C'est couru, c'est mort. You Lose ! Au bout d'un certain temps, on n'a plus de piécettes pour recharger la machine à sous et c'est la déprime parce que souvent, en bonus, on se fout de vous, on est caustique et goguenard. On perd donc sur tous les tableaux, fail global. La peur du jugement des autres, ma brave dame.

On peut se consoler en se disant qu'en ce bas monde tout le monde perd tôt ou tard, mais c'est éphémère : l'injustice subsiste, et flagrante, flagornante. On peut aussi se consoler en se pensant qu'il y a pire, ces millions d'autres qui vivent dans la misère. Mince rempart contre ce sentiment d'impuissance. La lose est là (comme le jazz, le blues plutôt) telle un bout de scotch collé à votre chaussure.

Cela crée un tel environnement de grisaille morose que quand on gagne... quand on arrive à gagner une fois...une seule putain de fois, cette seule, cette unique victoire éclaire tout. Factice, sans doute, éphémère sûrement, mais cette lumière ne s'oublie pas. Jamais. Elle tiédira, s'amenuisera dans les limbes de la mémoire. Mais d'avoir gagné une fois suffit amplement aux gens comme moi pour continuer, malgré tout.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article