Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Blagues à deux balles.

Ne me dites pas que vous êtes encore là, à me lire. Vouloir me piéger à travers les interstices de mes phrases. Vous n’avez donc rien d’autre de mieux à faire. C’est lassant, à la longue. Je  Vais finir par vous faire la gueule. Non mais.
Je vous donne des bribes.
Lettre N°20 (Fictive, bien sûr)
« Je suis tout petit quand tu es là, tant tu éclaires. Tu es toute seule et tu m’éblouis. Je suis tout petit et je me sens exister du simple fait que je pourrai fort bien ne plus rien être du tout, si tu voulais. »
Les lettres ? A l’inconnue ? La douleur et la joie sans cesse entremêlées en un cocktail instable qui tour à tour m’électrise et m’abat.
Délire philosophique N° X
« Je ne peux rencontrer les gens ou vivre une situation sans m’immerger dans le non sens métaphysique de tout cela. En réunion, en groupe, en festin, je suis toujours à part, seul. Je ne sais pas parler de choses et d’autres. Cela ne m’intéresse pas. J’observe cette mise en scène théâtrale des ombres de la caverne ? N’y a-t-il personne ici qui connaisse Spinoza ? »
Je ne vois le monde que comme ça, à travers un prisme questionnant. Rares sont les moments où je vis l’en-soi. Malaise et bonheur tout à la fois.
Poésie fracassante. Ebauche N° pas beaucoup je crois.
« Mollesses éparpillées que tant d’humeurs vagabondent
L’histoire sans début de ton désir m’inonde
Du méprisant chemin dont les traces redoutables
Feront de moi un jour un visage de sable.
Ecrasé par les vagues
Proliférant d’ailleurs »
C’est beau, j’en pleure. On n’est tous des poètes en ce sens que le langage nous trompe ou que nous nous trompons de langage, souvent.
Ne me dites pas que vous êtes encore là. Hein ? Ce serait le comble de la patience. Vous êtes gentil, au fond. Je vais vous dire que je vous aime bien d’être arrivés jusqu’à cette partie du texte, sans broncher.
Ma vie ?
« Aucun intérêt, point barre. Et je me barre. Je suis un affreux fonctionnaire pris dans les milliers rets scélosants de la vie, comme tout un chacun. Cherchant à éviter le soleil trop puissant, pour ne côtoyer que de petites étoiles. Aucun risque, comme vous voyez. Peinard. Tourisme à deux balles. Métier à deux balles. Culture à deux balles. Personnalité à deux balles. Suicide à deux balles ? Peut-être, un jour. Ce qui me rendra un instant intéressant. Je vous préviendrai. Un suicide en direct via la webcam sur un blog… »
C’est tout !!! Pan ! Pan ! J'ai dû rater la première ? La deuxième peut-être aussi. On regrette toujours après, quand c'est déjà trop tard.
 
 
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valent 14/01/2007 12:22

Tu peut m'envoyer le tous sur ma boite mail stp?

Valent 14/01/2007 12:21

Alors c'est quand qui arrive mes dessin?! lol! C'est vrai j'attend!