Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Télésardine mise en boite.

Le corps social va se verser vers une belle manifestation ethnique : le téléthon. La promesse de don est le sacrifice de notre bulle high tech qui se perçoit hyper communicante. On symbolise le mal sous la forme d’une maladie précise aux symptômes frappants. On symbolise le bien commun par une foultitude associative dans la cathédrale télévisuelle. On en est au caritatisme médiatique de masse, alors qu’une enveloppe bien gérée par l’Europe serait plus efficace.
 L’enjeu est, comme souvent ailleurs : bien en deçà  des intentions.
On ne perçoit que trop la communion, le sens qu’elle donne au tissu social s’apprêtant à se jeter vers une nouvelle année. On jette une pièce dans la fontaine en faisant un vœu, en somme. Tant mieux pour ces enfants malades. Et pour les autres ?
Notre conscience commune se focalise sur des maux bien visibles, bien répertoriés et jamais sur le structurel. N’a-t-on pas rejeté l’Europe ? Et ceux qui ont dit non, ils en sont où maintenant de leurs propositions ? Ah oui ! Ils vont donner une piécette au Téléthon.
Les thons de la télé. La télé sur tous les tons.
Est-ce un racket moral ?  Une gigantesque quête laïque ? Un sentimentalisme grégaire qui viendrait structurer nos mauvaises consciences de spectateurs passifs, poussifs ?
C’est comme un rond point à l’anglaise : tout le monde peut circuler pratiquement au même moment. L’individu s’extasie du spectacle et paie la dîme, le tissu associatif se met en valeur, le corps social se regarde pétri d’humanité, les médias s’érigent en cathédrales païennes
C’est bien ? C’est mal ? C’est cohérent en tout cas. Il y va de notre identité. Même la critique est reprise en compte. La société absorbe et digère tout tant qu’elle est en cohérence globale. Le lien télévisuel s’érige en loi fondatrice, substitut de la République. Il pêche par ce qu’il montre, car il s’épuise à montrer. Le spectaculaire populiste est devenu l’opium de nos nations..
Le ciel hivernal s’obscurcit, nos culpabilités acheteuses s’éclaircissent et l’unisson se fait voir en une auto-célébration humaniste.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article