Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

philippe

Bon voilà, tu as cassé ta pipe. Tu t'es barré enfumer le Bon Dieu de tes gros cigares qui empestent. T'es allé voir là-haut s'il y avait des mecs aussi lymphatiques que toi. Peut-être que tu vas renconter Altman. Sûrement. Tout le monde meurt, moi le premier. Aussi,je ne vais pas chialer, ni te regretter. je vais simplement t'oublier, petit à petit, comme on oublie si vite tous ceux qu'on a connus, si bien, mais si mal. On reverra tes films avec plaisir : tu fais partie de la légende française d'après guerre.

Tu as souffert ? Je ne t'imagine pas souffrir. Tu as dû te cacher. La douleur n'est pas ton personnage, le peu que j'en connaisse. Philippe le bienheureux, ton emblème.  Un mec couché dans un grand lit dans un château, fumant des Havane, narguant le ciel bleu de son insouciance.

Tu viens de passer la frontière. Tu es la fumée douce de tes cigares. Les cendres éparpillées et voltigeantes de tes plasirs. Ceux-là si insignifiants qui nous constituent, tous, tousse. Tu n'es pas un immense acteur, Gabin, Fernandel, Bourvil. Ton immensité est ailleurs. On te voit bien dans un village, l'épicier ou le postier. Il y a des milliers de Noiret en France. Et peut-être un peu moins ailleurs. Ou alors, pas si lointains.

Noiret. Poiret : du sucre et des pommes. Un peu d'alcool. Cool.

Noiret. Noir : le diminutif "et" vien atténuer la légèreté de l'être. Acteur de sa vie. Et de sa mort.

Noiret. Noiraud : un chien, brave, bâtard, corniaud, intelligent...et fidèle(c'est la même chose, pour moi).

Noiret. Noir...et...et quoi ???

Aussi, permets moi, Philippe, de ne pas porter le deuil. Mais de mêler tes cendres à celles d'un bon Havane. Je vais te fumer, tranquille en ragardant Alexandre le Bienheureux, dans mon lit. Je suis toi. Tu es moi. Rassure-toi : on est encore vivants.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article