Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Casino Ségolène (Bond en avant ?)

Il est blond et aime les brunes. C'est une blague ! La seule. Pour le reste, ce film n'a aucun humour. On a cassé nos vieux jouets.Certes, ce sont toujours nos rêves d'adolescents : très jolies filles, décors jet set, cascades vertigineuses, ennemis acariâtres. Mais c'est un vide gros niais...

C'est dépassé...La technologie est poussive. Le moindre épisode de "24 heures" renvoie les piètres gadgets de notre James à leur gros manque de pêche ou aux films de science fiction japonais des années 50. Le moindre pékin venu a un GPS ou un portable largement plus performant. Monnypenny était-elle en grève ce jour là ?

C'est dépassé, la poursuite yamakasi a envahi les U Tube et les Daily Motion et n'impressionne plus que la seule pellicule. Sauter d'une grue est devenu d'un commun mille fois vu et revu.

C'est dépassé : les jolies nanas qui vous trahissent, vous ressucitent, vous méprisent puis jouent aux nymphomanes de luxe. On se la joue moderne en la sautant à même le sol.

C'est dépassé : le James Bond bodybuildé qui ne fait fantasmer que les femelles éléphant.

C'est dépassé : cette musique tonitruante avec ce générique culte au troisième degré.

C'est dépassé, d'où le coup de poker. Le bluff. La soit disant épaisseur du personnage. La mode est à la scénarisation du héros, au bûcheronnage de son histoire, au traumatisme des débuts (d'où cette baston hyper violente du début, trop pour un James Bond, on dirait du mauvais Besson. (pléonasme)). Cette baston cauchemardesque est un accouchement du mythe de Bond à l'histoire. Le mythe s'historise, s'incarne...Ce n'est plus une figure de style, c'est un mec. C'est vilain de nous faire ça.

On n'est bluffé que par les longueurs bergmaniennes du film. Son côté noir. James qui se fait torturer, battre au poker, trahir par son grand amour. Mais c'est longuet. Ce bluff, c'est de la gonflette. Le spectateur, ça le gonfle, effectivement.

Reste la scène finale. James n'a pas encore fait son deuil de World Trade Center. L'effondrement d'un palace à Venise, au ralenti de ralenti, achève l'effondrement du spectateur benladenisé depuis longtemps. On se gondole à Venise.

C'est dépassé. Poussiéreux. Old Fashion. Il est plomb, il aime les prunes...Je vous l'avais dit : aucun humour.Besson et Bergman. Deux rigolos. Je bluffe ?

C'est le charme vintage de JB (pas le whisky, l'autre). Peut-être a-t-il plus de 24 ans d'âge. Et peut-être ai-je toujours été méchant avec ce brave agent 007.

C'est in : les Aston Martin....j'ai le frisson.

C'est in :les cascades improbables : sauter d'une grue de 30m de haut en deux bond (s).

C'est in :Ce type qui sauve le monde et qui se prend des roustes monumentales.

C'est in : ce méchant qui ne fait peur à personne. Vraiment le méchant le plus anodin et clémént depuis la nuit des temps.. Et ce n'est même pas JB (maso de la couille gauche) qui le bute....

Alors ? Royal ? Sarkozy ? J'hésite, je suis ressorti de la salle avec une quinte.... de tout.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article