Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

lettre 14 (annexe)

Annexe à la lettre 14.
 
    C’est mon soulagement. C’est d’une grande hauteur. Vous ne pouvez pas comprendre son rire lumineux qui me caresse l’âme. C’est comme deux fourmis qui échangent un petit rayon d’entre leurs antennes sans cesse palpitantes. C’est une chatouille. Des mots, des mots, des heures, des minutes et des secondes. Au milieu du désert blanc de la nuit qui s’effondre, elles dialoguent les deux fourmis. Il fait froid tout autour, dehors et dedans, c’est égal. Je la connais un peu, elle me connaît un peu. Mon ivresse loge dans son langage. Je suis moins seul tout à coup. C’est rare. Unique. D’y repenser maintenant m’enivre encore plus. C’est ma magie de l’âme, revigorante et douce, innocente et parfumée : d’une force terrible. Capable de terrasser l’espace d’un instant tous mes diaboliques retranchements au monde. Je ne suis plus seul, à cet instant, moi qui pourtant le suis toujours à jamais et depuis si longtemps. Sa voix lumineuse titille un moment ô combien précieux ma carapace de vieil arbre adipeux aux mille ruses sclérosées. Elle est là : c’est l’être. Elle m’illumine. J’ai chaud tout à coup. La quitter me bouleverse. Toujours. C’est se souvenir que je veux faire revivre en écriture, comme une invocation. C’est peine perdue, je sais. Et c’est le lot de toute utopie, de tout rêve, quand ils viennent à s’incarner en un être unique. Si vous le voulez libre, c’est vous que vous perdez. Si vous l’accaparez, c’est lui… Toujours inaccessible donc. C’est ce que j’aime, tel que je l’aime. Le vertige de la perte. Vous me pensez idiot sur cette relation, Swann, vous avez bien raison. L’abandon dans l’idiotie de l’adoration. Et vous me voyez tomber de haut et pas qu’une fois unique, mais tous les jours et me refaire aussi mal à chaque fois.
Cette histoire est insensée : tout son sens vient de là. Tous le fleuves se rejoignent à l’endroit où tout nous sépare. Et pourtant nous rions. Cet endroit est mythique qui ouvre la déchirure. Delta. Je ne t’oublierai jamais, c’est ma grande blessure dont la magie salée brille d’avenir, se noyant, feuille morte dans l’humus, s’effondrant, béton dans l’oubli des gravats, se défigurant d’une figure humaine, trop proche car trop lointaine.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lyrazu 08/11/2006 20:13

méfies toi, ça fait mal aux yeux ton fond orange !