Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Tout est éliminé.



Elle donne froid dans le dos, cette pub. Elle résume beaucoup de vies. La barre dans la gueule que vous prenez et que surtout, ne vous bousculez pas, personne ne vient à l'aide, aucune main, nulle part, ne se tend. Vous vivez, après ça, après la rupture, des années d'exil dont vous pensez ne jamais sortir que défiguré. Parce qu'on vous a mis la gueule contre un mur. Irrémédiablement (diablement) humilié. Quitté. Lâché. Mais pas lâché comme ça : lâché avec la dureté du mépris. Et voilà que, subitement, tout votre univers se vide : les routes, les maisons, les rues, la ville sont des déserts. Vous ne voulez plus rien d'autre qu'on vous abandonne. Là. Seul. A se vriller des souvenirs devenus débiles. Des tonnes et des tonnes de débris fracassés. Cette séparation, vous a (m'a) rendu nul. Inexistant. Pire que ça : voulant ne plus exister ; sans même l'idée de la vengeance. Et cette chanson de Madonna que vous chantez comme un emblème, votre ignoble défaite se transformant en misérable victoire imaginaire. Elle sert à survivre, cette chanson, à surnager au dessus des litres de whisky qui vous avalent.

« You think that I can't live without your love, you'll see. »

Seul un mantra, un soleil noir, un obsédant refrain vous guide dans le mouvement immobile de la chute interminable. Et cette succession de nuits blanches. Putain. Et tout l'univers qui vous indiffère. Putain. La rupture vous (m'a) fait basculer dans l'anormalité.

Le temps.

Même dix ans après, le volcan intérieur n'est pas éteint ; ne peut pas s'éteindre. Un grand chagrin ne disparaît jamais de soi. S'il n'est plus à vif, il rougeoie de temps à autre quand une innocente étincelle, une rencontre improbable, un redoutable ami commun...

Je m'égare, je crois. Cette pub est à propos du vieillissement. La nana s'est barrée pour un petit jeune. Il aurait dû mettre de l'anti-rides. Pfff, en fin de compte, elle est carrément nase, cette pub.

Vous feriez mieux d'écouter la chanson de Madonna, you'll see.





Ahh, putain, ce qu'elle a pu m'aider, cette chanson.

You think that I cant live without your love
Youll see,
You think I cant go on another day.
You think I have nothing
Without you by my side,
Youll see
Somehow, some way

You think that I can never laugh again
Youll see,
You think that you destroyed my faith in love.
You think after all youve done
Ill never find my way back home,
Youll see
Somehow, someday

Chorus:

All by myself
I dont need anyone at all
I know Ill survive
I know Ill stay alive,
All on my own
I dont need anyone this time
It will be mine
No one can take it from me
Youll see

You think that you are strong, but you are weak
Youll see,
It takes more strength to cry, admit defeat.
I have truth on my side,
You only have deceit
Youll see, somehow, someday

Chorus2:

All by myself
I dont need anyone at all
I know Ill survive
I know Ill stay alive,
Ill stand on my own
I wont need anyone this time
It will be mine
No one can take it from me
Youll see

Youll see, youll see
Youll see, mmmm, mmmm

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

youyouk 01/04/2009 23:36

Se prendre 10 ans de plus finalement à revoir cette femme qui l'a quitté. Antiride ou pas, il est usé ce n'est plus ce qui le changera. constat amer de nombreuses réalités: on souhaite ouvrir le couvercle et s'enfermer dans le pot de crème pour revenir 20 ans en arrière en gommant les années insupportables. souffrir c'est guérir? pas plus que revenir... une cicatrice même repoudrée reste une cicatrice...