Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

"I'm not a dude."

Une scène de rue banale à Baltimore. Quelques jeunes ados font du skate sur une esplanade. Survient un flic, pardon… un officier. La rudesse va s’installer. L’ado va le prendre par …la façon adolescente de se révolter contre la société et de se mettre en valeur devant sa tribu. Le flic « outragé » va jouer le rôle du père fouettard en colère.

L’ado va le traiter de « dude », mec. C’est de la provok.

Le flic va montrer une morgue violente. C’est de la provok.

Ces jeunes ne sont pas des voyous, juste des jeunes qui n’ont pas le sens du respect. Peut-être. Ils glandent, ne font rien de mal. Surgit le symbole du père, de ce contre quoi il faut se révolter pour exister. Facile.

Tout est symbolique dans cette scène jouée à l’infini. Donc tout est réel au-delà de ce que l’on peut voir ou entendre.

Débat : on peut dire ce qu’on veut sur ce qui se passe ici. Justement, on peut dire ce qu’on veut. Etre du côté du jeune qui s’oppose à une figure rogue du pouvoir. Etre du côté de l’officier qui estime que ce jeune n’a pas reçu assez de coups de pieds aux fesses de la part de ses parents.

Blablabla…

En tout cas, le flic se calme bien à la fin. Les ados aussi. Les symboles ont ceci de fort qu’ils nous renvoient à notre propre solitude, à notre incapacité à communiquer autrement qu’en étant à mille pour cent sûr de ce qu’on dit. Et de ce qu’on croit être en disant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article