Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Vos thés, les tasses et vous.

Voter pour un candidat. L’histoire n’est pas une science exacte, la politique non plus. On vote pour des idées ou les sensations qu’on en a, on dit une sensibilité, une tendance. Un candidat « x » va changer le cap de ce pays, sachant qu’il n’y a pas de but à atteindre sinon des idéaux  égalitaires d’enfants de 10 ans. L’humanité s’est construite sur des contradictions politiques en tout genre. L’uniformité est un fascisme. La richesse des évolutions s’est nourrie d’alternances et d’errements, de contradictions et de changements de cap. J’ai dit la richesse, pas la reichesse. Malheureusement les fascismes sanglants sont le lot de l’histoire humaine. Mon argument ne tient guère debout qui tolère l’existence des régimes extrêmes sous prétexte que la diversité des nos devenirs est source de positivité.
Le vote est certes une avancée par rapport au pouvoir « divin » ou militaire, voire ploutocrate. Une avance, mais il divise : voyez ces cohortes de programmes. Le coup de dé va en désigner un et un seul. Ce lui-là va définir l’histoire, le vrai de nos vies. Bon ou mauvais, selon le camp dans lequel on se place. La mer monte ou descend suivant la côte sur laquelle on est.
L’humanité dépasse les individus et ne se satisfait pas d’un sens unique. Le « non » à l’Europe en fut une preuve qui a sans doute lourdement basculé le sens de cette campagne-ci vers un repli identitaire généralisé.
Il faut donc révérer le cadre républicain, là où l’accord commun scelle l’identité des citoyens. Parce que réduire la gouvernance d’un pays à l’incertitude d’un pari ou d’une sorte de match de foot surmédiatisé est une ténébreuse affaire.
Donc je me contenterai de dire qu’il faut voter pour un candidat républicain. Y en a-t-il beaucoup ?
Je me méfie des révolutionnaires Polpotiens aux si doux discours humanistes de bon sens. Je me méfie de ces cohortes écologiques réactionnaires au possible. Je nie l’extrême droite et ceux qui lui font du pied. Je n’aime guère les mous du genou qui donnent des baffes aux enfants.
La femme est l’avenir de l’homme.
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article