Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Il faut qu'on parle.

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket
Il faut que je vous parle d'un livre éclairant. Ce livre s'appelle "Il faut qu'on parle de Kévin" de Lionel Shriver. je l'ai lu il y a peu. Il m'a marqué. Lisez-le si vous voulez comprendre ce qui s'est passé à l'université de Virginie. Lisez le bien. Intelligemment. pas trop vite. Immergez-vous dans la peau de cette mère désespérée et clairvoyante. J'avais déjà écrit sur cet ouvrage, tant il m'avait marqué. mais l'actualté récidive, donc je récidive aussi. Et je vous incite fort à découvrir ce roman.
Se rendre compte, avec le temps qui passe, de la dérive de son enfant, de sa solitude, de sa méchanceté, de ses instincts morbides est le lot de cette maman qui est la seule clairvoyante. La seule. Mais aussi, fraîchement immigrée, ayant épousé un américain réactionnaire, elle est entravée dans son jugement par tout le poids de cette société qu'on sait traditionnaliste. Alors qu'elle voit son enfant dériver imperceptiblement vers une adolescence solitaire et paranoïaque, elle même se sent impuissante à révéler aux autres ce sentiment d'irréalité par rapport à l'existence de son fils. Le père ne perçoit rien de lui, donc l'ignore en le soutanant.
Au fil du temps, les évènements passant, elle en vient à le rejeter. L'adolescence de Kévin est une réaction au rejet de sa mère. Manque total d'affection. Solitude. Collections. Mondes virtuels.
En apparence, c'est un collégien un peu seul, comme pas mal d'étudiants américains. En fait s'immice au fil du temps un rejet global de la société, complétement impartageable. La mère ne communique plus que par conflits ponctuels avec son fils. Le père n'a jamais communiqué. Symbole de l'Américazin moyen, fier de son pays, de ses armes, de ses victoires, hymnes, croyances, rayonnement supposé.
Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket
Lente dérive, émaillée de petits incidents où Kévin s'avère de plus en plus méticuleux dans ses agressions. De plus en plus calculateur et mortifère. Il se replie de plus en plus. Ne vit que dans sa chambre. Jalouse les meilleurs, les plus brillants socialement. Toute son intelligence va se consacrer à cet attentat final où il va éradiquer ses ennemis.
En un autre pays, il se serait sans doute trouvé embarqué dans des réseaux terroristes, dans une bande. Mais l'Occident fabrique des solitudes. L'occident fabrique des parents qui ne communiquent pas en croyant tout donner. L'occident fournit des armes facilement. L'occident déréalise la vie.
Lisez ce tres beau livre. Très intelligent.  Très subtil. Et vous verrez vraiment ce qui s'est passé d'un regard plus averti.
9782714441188.jpg
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article