Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si ette représentation dynamique du système solaire est séduisante, elle est complètement fumeuse et erronée. (Voir le lien de Slate, en anglais)

Ce vortex est  censé tacler l'héliocentrisme comme Copernic avait opéré son fameux renversement en rendant caduque la représentation du système solaire de Ptolémée. Or, cette représentation est complètement bidon. Le système solaire n'est pas un vortex où s'enrouleraient des particules happées par un boyau invisible. L'échelle de cette visualisation est assez ahurissante d'ailleurs.

Un des problèmes posés, parmi d'autres, est le référentiel. Einstein l'avait démontré. Si vous êtes dans un train lancé à plus de 300 km/h et que vous décidez de sauter à pieds joints. Le postulat du bonhomme (DJ Machinchose) c'est que, sautant au début du wagon de tête, vu la vitesse de défilement du train, vous atterririez dans le wagon de queue. Or vous atterrissez juste à l'endroit d'où vous avez sauté ! Vous êtes dans le même référentiel espace/temps que ce train en marche. Il en est de même des planètes avec leur trajectoire elliptique autour du soleil. Elles ne vont ps se retrouver à faire l'élastique en se frayant un chemin hélicoïdal dans je ne sais quel espace absolu. Elle sont dans un même référentiel comme le passager dans son  wagon.

Un autre argument développé par Slate :

"From what I can gather, what he's saying is that due to the Sun’s motion, the planets make those corkscrew helical motions through the galaxy, with the Sun and the tip, and the planets trailing behind, and therefore heliocentrism is wrong. Note that Sadhu’s video depicts them this way as well. But that’s utterly wrong. If this were true we'd never see the superior planets (the ones farther from the Sun than us: Mars, Jupiter, and so on) going on the far side of the Sun. Yet we do, all the time."

Cette représentation suppose également que l'espace (l'univers) soit un endroit avec bords et coordonnées, chaque point ayant un emplacement précis. On serait dans un endroit préexistant, un point unique de l'espace mathématiquement situable. Rien de plus conjectural. Notre terre a une révolution elliptique autour du soleil qui se déplace dans la galaxie qui elle même se déplace par rapport aux autres dans un mouvement global indéfini. L'espace n'est donc pas un contenant rigide avec des places définies qu'on quitterait ou retrouverait. Aucun point de l'espace n'a d'identité. On n'est à un endroit que par rapport à de multiples référents qui, à leur tour, ne le sont que par d'autres. L'espace est relatif, n'étant pas constitué de points fixes, absolus, "situables". Cette représentation suppose un point fixe (ou linéairement mobile, ce qui revient quasi au même) qui n'existe seulement pas, sinon en imagination. C'est une représentation dogmatique aussi fumeuse qu'un dessin Maya.

Une représentation virale du système solaire

Partager cet article

Repost 0