Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pulp Fiction : a silent story

Pulpeux et édulcoré. sans violence, sans dialogues, sans musique. Tarantino nu. On voit ces scènes dans le rétro, bien sûr, avec notre bande son intérieure. J'imagine volontiers la même nudité bressonienne appliquée aux bavardages d'Eric Rohmer. On voit les acteurs différemment, comme unplugged, le jeu de leur visage devenant obsessionnel. La densité du moment présent, de la scène s'opacifie en un seul bloc, devenu impénétrable et étrange.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article