Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Stewart Copeland le batteur de Police en caméra isolée

Un raffinement d'esthète, les deux premiers albums de Police, dans les années 80. Outlandos d'Amour et Regatta de Blanc. On venait de quitter les grands groupes de prog Yes, Genesis, ELP et même Pink Floyd pour cette grouillante scène rock, funk et disco ainsi que la techno naissante. On ployait sous le reggae et le ska, UB40, The Specials, Madness. Bien, vivant, mais pas à la note près, pas du ciselé qui fasse le pont entre jazz, classique, rock et reggae. Police nous a apportés ça : des albums immédiatement pop mais avec une architecture musicale fouillée et virtuose tant en créativité qu'en exécution. Ce qui fait qu'on pouvait écouter ces deux albums devenus intemporels en boucle, sans jamais se lasser. Je me rappelle que, dans ma chambre d'ado, je filtrais mentalement les différentes pistes, n'écoutant par exemple Regatta de Blanc que sous l'angle de la batterie, comme dans cette vidéo.

Stewart Copeland le batteur de Police en caméra isolée
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article