Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Petite sociologie de la bise par un Anglais

Quand la bise fut venue

Le Français ne se congratule qu'en échangeant une floppée de microbes que se soit par la bouche, ladite bise, ou par la main, un échange visuel ou vocal ne suffisant pas. Ce rite social étant non écrit, non normé, il se double d'un nombre et aussi d'une façon. Le nombre de bises varie de un à l'infini suivant les régions (et la saison)

Le contact (ou faux contact) buccal s'accompagne donc d'un bruitgae évocateur, un smack plus ou moins discret suivant la proximité sociale du bisé.

Ensuite, on a les menus inconvénients avec les barbus et autres porteurs de lunettes. La bise devient alors un chef d'œuvre d'absurdité gestuelle façon Tati avec en point summital la bise fictive dans le vide à environ dix centimètres de la joue.

La solution pour éviter ce salmigondis d'amabilités, surtout quand on arrive le dernier en réunion ou au bar, cet Anglais va nous la donner à la fin de son podcast.

Et comme dirait Christophe Comte à la fin de ses billets durs : je ne vous embrasse pas, je suis enrhumé.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article