Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La machine à aimants

Du bois, de l'acier. Doux frottements boisés associés aux cliquetis secs. Vis sans fin. Fascinant comme tout ce qui semble inutile. S'égrène ainsi notre ébahissement enfantin devant les objets, les mécaniques bien huilées, moteurs, poulies, courroies, emboîtements. Visions parcellaires d'un grand tout horloger qu'on peut nommer destin. Inéluctable. Ce qui est mécanique est allié à la magie apparente du magnétique alors qu'en fait, l'un et l'autre sont également obscurs en leur fonctionnement. Le bruissement des roues dentées et des petites billes éveille en endort tour à tour, met en alerte et réconforte en un mouvement immobile de la conscience.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article