Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

La fixette de LIbé

C'est plutôt étrange cette fixation sur ces philosophaillons qui n'ont aucune reconnaissance univesitaire. Qu'est-ce qu'Onfray ? Un chroniquer égocentrique qui, s'il est prof de philo, pérore plus qu'il ne pense dans les étranges lucarnes et autres journaux de droite. Platon aurait nommé sophiste ce genre d'individu, à savoir quelqu'un qui manipule les oripeaux de la pensée philosohique en vue d'autre chose : les brouzoufs, la popularité, la quicaillerie discursire qui va direct à l'épate plutôt que de ruminer comme disait Nietzsche.

A accoler ainsi des figures creuses de la vulgarité (vulgus) ambiante : Morano, Zemmour, Onfray, c'est la philosophie qu'on ridiculise. La pensée ne se situe pas dans une mise en scène digne des brèves de comptoir. Ces bretteurs ordinaires brassent la mousse de l'opinion, pas des idées construites. Leur faire un procès, c'est entretenir ce feu grégeois avec le gaz de schiste du populisme médiatique. Le côté obscur de Libé qui court après ses grand anciens : Foucault, Sartre, telle Morano fourbissant un de Gaulle de pacotille.

Faire grand cas de ces théories fumeuses et qui n'en sont pas, c'est remuer un feu de broussailles dont l'odeur âcre étouffe toute possibilité de discours rationnel. Onfray, quand il pose sa notion de "peuple" (soi-disant old school) n'est pas là dans un questionement philosphique, mais dans l'assertion péremptoire du quidam lamba qui, après quelques bières, gueule ses vérités dans un troquet. Pas dans l'agora.

La fixette de LIbé
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article