Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

L3.0 - Animation poétique sur la solitude

L'enfer c'est soi-même

La solitude est plus un état d'esprit qu'un enfermement. Plus ou moins bien vécu selon son caractère. Rares sont ceux qui s'en accommodent, vivent avec. De loin, c'est la désolation comme dans ce court attachant et poétique. De près, c'est une richesse, un trésor caché qu'il faut savoir aborder. Je ne veux pas dire la solitude sans fin telle celle de ce petit robot étouffant et parasitaire, mais celle des instants bénéfiques, de ceux où l'on est seuls, face au monde.

Tenez, un exemple perso. J'ai pas mal voyagé dans le monde en groupe. La plupart du temps, c'est le groupe qui se fige au milieu d'un changement de décor. C'est comme du théâtre. Voyez-les, ce touristes qui déambulent, appareils photos selfisants, discussions narcissiques, intérêt pour les seuls souvenirs de pacotille. C'est un essaim bourdonnant qui, au bout du compte, ne voyage pas, passant son temps à échanger des signes convenus avec les autres membres de la tribu. Je m'en éloigne souvent, seul, profitant mieux de l'immobilité de certains instants d'inaction, immergé dans les odeurs, les saveurs, les fragrances, la vie, le paysage, l'heure, la minute, l'instant. Au retour, je vais beaucoup me rappeler de ces instants-là que ces babillages incessants qui cachent le monde.

Effectivement, au regard de ce court, la solitude ne peut être que temporaire sinon la minéralité des choses devient un ennui menant au rejet de tout être et en fin de compte au dédain mortel de soi-même. Il faut être un intermittent de la solitude, maîtriser cet art raffiné de s'ennuyer sans s'ennuyer.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article