Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

New York, I love You, but...

On trouvera d'autres clips sur cette magnifique chanson de LCD ici et ici. Mais ici...ici...ils sont émouvants, tous. Tous ces Amazing Strangers, ces beautiful freaks un peu désœuvrés, un peu borderline. Des misfits. Ils incarnent la nostalgie de la ville, le bruissement immémorial du désespoir urbain (si peu urbain, du reste). Ils incarnent l'âme de la ville. Ils incarnent la chose humaine, si forte et si faible tout enseemble ; la métaphysique des immeubles. Ils sont faibles car nous nous croyons forts. Ils sont faibles car nous pensons que nous ne serons jamais comme eux, nous qui, au contraire, incarnons si bien la bonne conduite, la droiture froide de celui qui regarde.

Vous allez pencher la tête d'un air désabusé en regardant, je vous connais. Vous penserez que j'esthétise la pauvreté, la misère, comme cette vidéo le fait si bien. Mais vous allez aussi vous dire que ces moments de distance sont essentiels quand même, ou vitaux, je ne sais pas. On ne peut voir la différence de l'autre que par cette fenêtre, sans doute, de la chorégraphie, qu'elle soit visuelle, sonore, écrite, imaginaire. Parce qu'ils sont émouvants. Tous. Ils sont fous. Ils sont humains. Ils n'y a que les humains qui soient fous.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article