Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ours qui sauva le corbeau de la noyade

Zoo de Budapest

On cherche le fake (on y a déjà été pris avec un cochon qui sauva un chevreau - billet). Après, si ce n'est pas un faux, on redoute l'anthropomorphisme, une interprétation humaniste du comportement animal, une intentionnalité altruiste. C'est beau, c'est poétique, cela nous conforte dans notre amour angélique de la nature.

Ni l'un, ni l'autre donc.

L'ours a vu que quelque chose bougeait dans l'eau. Il l'a sorti par curiosité, juste pour voit s'il pouvait le boulotter. Le corbeau n'est pas une truite dont il se serait délecté. Il le laisse donc là, indifférent.

Indifférent, c'est le mot car, quand on sauve un autre être, on est plutôt content, fier.

Le corbeau s'en tire bien de n'être pas poisson et nous de conjecturer un si beau geste dans l'ours (imaginaire) que nous serrions si fort dans nos bras pendant notre enfance, pour nous endormir quand notre maman n'était pas là...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article