Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vincentdidier

Tomboy, un film pédagogique

Bien sûr qu'Ecole et Cinéma doit continuer à offrir ce film aux choix annuel des enseignants dans le cadre du troisième cycle de l'école primaire. Je l'ai revu hier sur Arte suite à l'injonction de l'Inquisition Civitas de l'interdire. Un film lent, beau, introspectif demandant au spectateur un véritable travail de réflexion, chose trop rare au cinéma.

J'ai participé moi-même au dispositif Ecole et Cinéma. Les classes qui y adhèrent visionnent trois films par an dans une salle, des films vers lesquels les enfants n'iraient sans doute pas naturellement mais qui font partie de l'histoire du cinéma. Cela peut aller de King Kong à La nuit du chasseur, de La belle et la Bête aux Contrebandiers du Moonfleet...

Chaque séance est l'objet d'un travail s'intégrant dans un cycle de trois mois. L'élève qui va voir Tomboy par exemple n'est pas le spectateur moyen qui va au cinéma pour se distraire après une journée de travail. L'enseignant aura préparé des séances en amont et en aval de la projection. Pour ma part, je travaillais beaucoup avant le film comme lorsqu'on prépare une visite au musée. On ne laisse pas une classe sans "biscuits" dans un tel lieu. Avec les élèves, je visionnais des extraits du film pour les situer dans le scénario, le contexte, l'ambiance générale et l'historicité. L'enfant n'est pas surpris par ce qu'il va voir. Au préalable, j'avais travaillé sur les clés permettant une compréhension des problématiques du film et des procédés utilisés par le cinéaste.

Ayant traité du film durant trois ou quatre séances, je peux vous dire que la projection était un moment hautement attendu et que le petit spectateur égrillard habituel de Harry Potter ou autres Cars, se transformait d'un seul coup en Claude-Jean Philippe en herbe prêt à fourbir ses outils d'analyse et sa grille de lecture de l'objet cinéphilique qui défilait sous ses yeux. Un regard critique, ça se construit. Et c'est plutôt valorisant de voir un film dit d'art et essai de plain pied.

Et justement, Tomboy est un bel objet de réflexion car, contrairement à ce que pensent les intégristes, il n'impose aucune théorie mais offre un champ d'interprétations possibles qui fait que justement, par son discours, l'enfant va être amené à se poser des questions, une problématique sous forme d'un débat d'idées, d'un champ ouvert de questionnement dans des débats organisés par l'enseignant ou des intervenants extérieurs.

Chaque enfant a besoin de repères et biologique et sociétaux pour se constituer une personnalité. Il n'est pas question de théorie du genre dans ce film, mais plutôt du mal être d'un enfant comme sans doute peuvent le ressentir certains d'entre eux, par exemple des garçons qui semblent efféminés ou de filles qui sont des garçons manqués. L'intérêt de ce film n'est pas qu'il proposerait une norme, une homothétie qui n'existent seulement pas entre fille et garçons, mais un basculement sur le regard que chacun porte sur l'autre et ses différences.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article